La maison du Hameau vous accueille à la table des Loulouttes, et sa cuisine parfumée à l'accent des Sud multiples...

la cuisine chinoise de Tahiti

Quelques lignes pour vous présenter les origines de la cuisine chinoise de Tahiti bien différente de la cuisine asiatique qu'on trouve dans l'hexagone (morceaux choisis extraits de"la cuisine chinoise de Tahiti", publiée aux éditions de l'après-midi).






"... Le 25 mars 1886, un trois mâts s'engage dans la passe de Papeete. le port se réveille et s'anime. Il en est ainsi chaque fois que l'un de ces grands bateaux à voile, qui d'Europe, qui d'Asie, qui d'Amérique, vient relier Tahiti au reste du monde, débarquant hommes, nouvelles et marchandises. Le " Ferdinand Blum " , parti de Hong Kong, mouille l'ancre après 83 jours de navigation. A son bord, 330 passagers attendent de pouvoir débarquer, heureux d'en avoir terminé avec une longue et pénible traversée au cours de laquelle périrent 7 de leurs compagnons. C'est le début d'une nouvelle vie pour ces pauvres paysans du Kwantung. Il s'agit de Hakkas pour la plupart d'entre eux, qui ont été recrutés dans leur lointaine province par la Polynesian Plantation Company Ltd, financée par un riche portugais M. Soares, qui voulait développer l'économie de Tahiti, avec la caution du gouvernement français. Ils seront acheminés directement vers la grande plantation d'Atimaono (aujourd'hui abandonnée), que dirige M. Stewart, pour y planter caféier, canne à sucre et coton..."


"... Si plusieurs de ces premiers immigrants chinois repartirent quelques années plus tard lorsque la compagnie fit faillite, la plupart d'entre eux restèrent en Polynésie..."

"... Mais qui étaient ces Hakkas et ces Puntis qui débarquèrent à Tahiti, et qui, organisés en congrégations, maintinrent vivantes leurs croyances, leurs traditions, et parmi celles ci, leur art culinaire? ..."

"... Les Hakkas trouvent leur origine dans le peuple Han qui vivait dans la région de Howan située dans le nord de la Chine. Ils commencèrent à quitter leurs terres dès le VIIIème siècle, fuyant envahisseurs, inondations ou famines, et immigrèrent par village entier, vers le sud du pays. C'est à cette condition de nomades ou de migrants qu'ils doivent leur nom de Hakka, qui signifie "hôte" ou "invité", en chinois.

"... La cuisine chinoise de Tahiti est intimement liée à l'histoire de leur immigration. Et si certaines recettes ancestrales Hakkas et Cantonaises, transmises de génération en génération, ont conservé leur caractère original, d'autres se sont tropicalisées, d'autres encore ont été crées à Tahiti pour devenir elles mêmes, aujourd'hui "traditionnelles" comme le poisson cru à la chinoise. Synthèse de la tradition culinaire ancienne et de son adaptation à la Polynésie, ce poisson cru est un plat traditionnellement tahitien ou se retrouve un large échantillonnage des saveurs, des gouts et des consistances de l'art gastronomique chinois grâce au croustillant des vermicelles frits et des cacahuètes grillées, le poisson "frais et glissant" et la sauce tout à la fois sucrée, salée et aigrelette..."